Crise budgétaire, ordures ménagères et solidarités
Conseil municipal du 23 juillet 2020 (3)

 

Après les comptes financiers de 2019, on aborde le budget 2020. Il a été préparé par l’équipe sortie, l’année est plus qu’à moitié écoulée, et on constate avec consternation qu’il est déjà largement épuisé et qu’il faudra payer les dettes de l’année précédente ! Comment on va faire ?

(Désolé pour le retard mis à ce compte-rendu : on a quand même pris quelques vacances ! Je rajoute dans le texte, entre parenthèses et en italiques, quelques commentaires faisant allusion à des évènements plus récents). 

 

Le rapport Développement Durable 2019

 

Mais auparavant, la loi impose l’examen de certains rapports, comme celui sur le développement durable. Pour la nouvelle majorité, c’est Natalie Gandais qui s’y colle puisque c’est son domaine de délégations.

Elle commence par féliciter chaleureusement les services qui, cette année, dans leur rapport de grande qualité, ont bien distingué ce qu’il faudrait faire… et ce qui a effectivement été fait. On s’étonne qu’avec de si bon(ne)s agents l’ancienne équipe ait provoqué ou laissé passer tant de délits écologiques.

Elle cite l’exemple la déforestation catastrophique de bois du terrain Bizet (voir la visite du nouveau maire de quartier Carel Assogba). Certes, le coup était parti depuis plusieurs années avec le projet « Inventons la Métropole du Grand Paris » : on allait raser un boisment pour bâtir un grand ensemble de logements avec, humour noir du promoteur… une « Maison de la biodiversité. » Mais en 2020, tout le Grand Paris ne jure plus que plantation de « forêts urbaines »  artificielles, les élections municipales se sont jouées à « plus vert que moi tu meurs ». Et de toutes façons, l’abattage des arbres est interdit par la législation européenne pendant la période de nidification.

 

Pourtant, le 27 juin le Conseil d’initiative citoyen-Nord alerte l’ancienne équipe que les engins de travaux arrivent. Celle-ci (en place jusqu’au 4 juillet), ne bouge pas : son dernier mauvais coup contre les arbres du quartier. Et le 3 juillet, dernier jour du mandat Le Bohellec, le désastre est accompli. Natalie relate au conseil ce que lui ont raconté les voisins : les parents-oiseaux désespérés tournant autour des nids écrasés au sol avec leurs petits…

 

 

(Et quelque jour plus tard, quelqu’un prendra l’initiative de faire abattre un arbre dans le parc Pablo Neruda, sans même en avertir Natalie Gandais, désormais maire-adjointe en charge de la nature en ville… Il peut y avoir de bonnes raisons, mais il faudra désormais de la pédagogie pour justifier chaque arbre abattu.)

Trouver de l’argent pour la propreté…

On passe enfin au budget 2020. Le maire et l’adjoint aux finances expliquent : c’est le budget préparé sous l’ancienne équipe, on ne commencera à l’infléchir que lors du Budget supplémentaire, au quatrième trimestre. Mais il faut parer à l’urgence : on a déjà annoncé, dès la séance d’intronisation le 4 juillet, une prime pour les agents restés « au front » sous le confinement, on rajoute 200 000 euros pour le budget solidarité face à la crise sociale.

Mais en plus, la violation du « Diktat de Cahors » (la limitation du budget de fonctionnement) que l’ancienne majorité avait accepté puis violé en 2019, va se traduire par une amende de 1 500 000 euros pour la Ville de Villejuif.

(Je ne suis pas sûr qu’il faille payer, car les fautes de F. Le Bohellec, ses dépenses de campagne mises à la charge de la Ville, sont normalement illégales : ce ne sont pas des « fautes de service » de la Ville, mais des fautes personnelles du candidat-maire, détachables de sa fonction de maire. Les Villejuifois, qui viennent de le renvoyer, n’ont pas à payer pour ces fautes. Le nouveau maire a des arguments pour négocier avec le préfet.)

Où trouver tout cet argent ? La nouvelle majorité propose : en suspendant l’achat d’une nouvelle tranche de video-surveillance   (pour environ 1 200 000 euros) en attendant une étude de l’efficacité réelle des caméras déjà installées.

Natalie Gandais, en charge du « Zéro déchets », intervient alors pour poser son problème : le contrat  Pizzorno de 650 000 euros pour 2020, pour financer le « circuit du maire »  d’enlèvement des déchets et autres encombrants et dépôts sauvages parallèlement au Grand Orly Seine Bièvre, a été intégralement dépensé dans les 6 premiers mois de l’année ! Il ne reste plus rien pour finir l’année. En effet, en enlevant régulièrement et sans enquête les dépôts sauvages, comme si c’était un service public d’enlever les déchets déposés n’importe où n’importe quand, l’ancienne équipe a encouragé cette pratique illégale. « Pas question de continuer, dit-elle, en accord avec le maire et le futur DGS, ce serait chercher à remplir le tonneau des Danaïdes. Il faut au contraire verbaliser, sanctionner les dépôts sauvages. Mais le problème est que le pli est pris, des gens et surtout des entreprises vont continuer à déverser des déchets dans Villejuif. Et nous n’avons plus de budget pour les enlever. »

Mahrouf Bounegta, ancien bras-droit de F. Le Bohellec, saute sur l’argument « Mais si vous voulez verbaliser, il vous faudra nos caméras de videosurveillance » ! (c’est vrai qu’ils permettent la reconnaissance faciale, comme en Chine…  ) Natalie ne répond pas : on ne va pas rendre public nos plans pour repérer les entreprises indélicates.

(Cette affaire des ordures empoisonnera toutes nos vacances, car on découvre progressivement l’ampleur de l’héritage. F. Le Bohellec avait carrément installé une immonde décharge à ciel ouvert cité Lamartine, que Natalie fait prestement enlever par le Grand Orly Seine Bièvre et les services. Quoique responsable du bon ordre public dans la Ville, F. Le Bohellec a laissé prospérer depuis le mois de mai une décharge sauvage dans la Redoute des Hautes Bruyères, à la grande joie de certaines entreprises du coin, formelles ou informelles, etc. On y reviendra tout spécialement.

Dès l’été, on s’aperçoit que le cas du budget Déchets n’est pas isolé. La déléguée aux associations s’aperçoit par exemple qu’il ne lui reste rien pour financer le Forum de rentrée des associations : mystérieusement il a déjà été dépensé, on ne sait à quoi.)

Le budget est adopté par la majorité.

… et pour la solidarité !

 

Et on passe aussitôt au vote d’une première dépense de solidarité : le budget préparé par la Commission municipale Solidarité  à la fin du mandat précédent. Et là, la droite se déchaine. « C’est inacceptable qu’on vote des subventions aux associations humanitaires sans qu’on nous donne des études de leur budget ! » Je fais fermement remarquer que l’on ne distribue jamais au conseil les études budgétaires des dépenses que l’ont doit voter : F. Le Bohellec a dépensé des millions sans même consulter le conseil pour des travaux dits « de voierie ». Ici la Commission municipale Solidarité a travaillé, demandé des justificatifs précis aux différents associations qui ont permis aux familles les plus précaires de survivre. Elle les a étudiés et a proposé au Conseil municipal le budget qui lui a sempblé raisonnable. Chipoter ainsi, dès qu’il s’agit de solidarité, est typique de la droite.

Adopté, malgré la droite. Nous reviendrons plus tard sur les postes dans les différents organismes.

(Dès le mois d’aout, une deuxième décision est prise : une aide exceptionnelle pour les enfants du primaire, dégressive selon le quotient familial. Le coût du cartable de rentrée est estimé à 160 euros en moyenne par les associations de parents d’élèves. On se propose d’en prendre en charge la moitié, sous forme de bons d’achat, pour les familles en situations les plus difficiles (80 euros), puis 40 €, et 20 € pour les familles les plus aisées.)

La droite (sauf la paire Badel-Arlé) adopte en revanche la proclamation de l’urgence écologiste à Villejuif . Elle propose un vœu pour demander à la région de financer le déficit de son service de transport francilien, que nous votons nous aussi. Il y a quand même des sujets consensuels…

 

********

Le compte-rendu du Conseil municipal du 23 juillet est en trois partie :

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Évènements

Intervention de Villejuif-Écologie à la commémoration du 17 octobre 1961

Publié le 17 octobre 2020
Évènements

Alerte rouge au Parc des Hautes Bruyères : mobilisons-nous !

Publié le 24 septembre 2020
Évènements

Le dépôt sauvage de la Redoute : un drame écologique, humain et financier

Publié le 15 septembre 2020
Évènements

Courrier de Natalie Gandais à monsieur Darmanin, ministre de l’intérieur, contre la décharge sauvage des Hautes-Bruyères

Publié le 4 septembre 2020
Évènements

Comment l’ancien maire a laissé Villejuif sur la paille

Publié le 13 août 2020
Évènements

Carel Assogba, maire-adjoint quartier nord-est, prend contact avec le terrain

Publié le 19 juillet 2020