L’écologie à grands pas : de la Quinzaine du compostage à la Fête de la nature

Vous l’avez vu dans Villejuif notre Ville de mai : la transition écologique a changé de braquet à Villejuif !

Sous l’impulsion des élus Villejuif-Écologie, bien soutenus par la majorité municipale, l’écologie urbaine avance à grand pas. Après la plantation de 180 arbres cet hiver, la quinzaine du compostage a permis un bond en avant préparatoire à la date fatidique de 2023  où le traitement des bio-déchets sera étendu. Et déjà se prépare la fête de la Nature.

La consultation des habitants a permis d’identifier 60 sites  pour les plantations d’arbres dans la ville, dont 20 pouvaient être immédiatement plantés. Nous espérions les planter en grande pompe, avec participation des enfants, pendant les vacances de février. La faiblesse (provisoire ! ) de notre organigramme et la Covid nous en ont empêché, mais c’est fait. Prochaines plantations : fin d’automne ou fin d’hiver prochain (eh oui, les saisons ça compte), en espérant tenir ce rythme : 1000 arbres sur la durée du mandat.

Compostage et méthanisation

La Quinzaine du compostage affrontait un autre problème. Il faut se préparer à l’obligation de traiter les bio-déchets (épluchures de fruits et légumes) : d’une part ceux des « gros producteurs » (les cantines), d’autre part ceux des particuliers. Lourde tâche pour Natalie Gandais, l’adjointe au « zéro déchet », qui assume également la présidence de la Semgest (l’événementiel et les cantines de la Ville).

Les bio-déchets se décomposent spontanément (avec l’aide des bactéries, insectes, vers de terre) en deux parties : des gaz qui s’échappent ( de la vapeur d’eau et des composés du carbone, sources d’énergie), et ce qui reste, la matière sèche : des composés de l’azote, avec lesquels les plantes fabriquent leurs protéines, que nous mangeons (après un cycle très compliqué !)

Pour les cantines, la Ville, appuyée par le GOSB, étudie carrément la transformation des bio-déchets en gaz naturel : c’est la « méthanisation ». Ce gaz pourrait être réinjecté dans le circuit du gaz de ville. Le reste de matière sèche (le « digestat ») servira d’engrais. Cette stratégie « zero déchet » inclura donc  : et le « cycle du carbone » (récupéré sous forme de gaz de ville) et le « cycle de l’azote » (récupéré sous forme d’engrais).

Ce gaz naturel local s’ajoutera à la production locale de chaleur par la géothermie (on y reviendra dans un prochain article). Et on réfléchit aussi à encourager le photovoltaïque coopératif. À Villejuif on n’a pas de pétrole mais on a des idées, et on produira notre énergie de plus en plus locale et renouvelable !

Quant aux « déchets verts » (les branches, les feuilles, l’herbe coupée) : les branchages sont déjà broyés et utilisés dans les parcs, soit pour retenir l’eau de pluie plus longtemps au pied des plantes et leur apporter des nutriments, soit pour faire des cheminements piétons. Pour l’herbe coupée, on verra ensuite.

Mais on n’en est pas encore à mettre en œuvre la méthanisation. La solution la plus simple pour les particuliers  reste le compostage. Il s’agit simplement de transformer la matière des bio-déchets en engrais (pour les parcs et jardins). Cela se fait presque tout seul dans des caisses en bois, et ça prend environ un an.

 

La participation associative et bénévole

 

Des postes de compostage existent déjà chez des particuliers et dans quelques résidences et écoles, sous l’impulsion de quelques associations de locataires dynamiques (comme à Beau Soleil) avec l’aide de la Maison de l’Environnement de la Communauté du Val de Bièvre (devenue Grand Orly Seine Bièvre), à Arcueil. L’association La Grande Ourse a implanté des postes de compostage collectif au Jardin de la Géothermie et dans celui de l’église Sainte-Colombe.

Cours de compostage au jardin de la Géothermie

 

Au jardin la Géothermie, le compostage s’insère dans un Jardin partagé géré par La Grande Ourse, où les enfants de l’école Joliot-Curie ou du collège Guy Moquet viennent s’initier au jardinage bio, et, avec l’aide des adultes membres de l’association (des bénévoles, un « adulte-relais » et une « emploi aidé » subventionnés par l’État, et une animatrice nature), apprennent aussi à construire des cabanes en osier… vivant ! On y reviendra aussi dans un prochain article…

 

Pour la Quinzaine du compostage, Natalie Gandais a inauguré 3 postes ouverts au public, dans 3 parcs : Normandie-Niémen, Pablo Neruda et Pasteur. Ici comme précédemment, un maitre-composteur particulièrement engagé et pédagogue, Damien Houbron (rémunéré  par le Syctom, qui offre également de petits seaux fermés pour transporter les bio-déchets depuis sa cuisine) est venu expliquer aux « référents compostage », bénévoles du quartier, comment gérer le poste.

Natalie Gandais, le maître-composteur, les élu.e.s et le directeur de la Maison de l’environnement ( Christophe Menuel)  au Parc Pasteur

Avec les « référentes-compost », à Normandie-Niémen et Pablo-Neruda (oui, c’est Sandrine Recchia

 

 

Car, on l’a dit, les bio-déchets dégagent des gaz, qu’on les brûle dans un incinérateur ou qu’on les laisse se décomposer. Or ces gaz produisent le fameux effet de serre, qui réchauffe le climat ! Et le pire est le méthane, qui se forme en milieu fermé, c’est pourquoi on le récupère dans les méthaniseurs. Dans les coffres à composter, il s’en forme aussi, si on ne « brasse » pas les déchets, avec une sorte de grand tire-bouchon. C’est la tâche des « référents-compostage».

Si vous triez bien vos déchets, bacs jaunes et compostage, vous vous apercevrez qu’il ne reste plus que quelques os et arrêtes pour la poubelle verte, vers l’incinérateur d’Ivry ! Raison pour laquelle l’ancienne équipe Le Bohellec, partisane de l’incinérateur, freinait de toutes ses forces sur le compost et sur le tri… 

La Ville est prête à ouvrir d’autre postes de compostage collectif dans ses parcs et jardins… dès qu’une petite équipe de bénévoles est prête à se constituer en référents. Avis aux amateurs ! Inscrivez vous au bas de cette page du site de la Ville : cliquez. 

 

Vers la Fête de la Nature

 

On le voit : l’écologie, c’est à la fois très scientifique et très citoyen et… souvent amusant et convivial !  La technique ne peut rien sans la participation des gens. C’est une foule de gestes citoyens. Si tous les habitants de notre pays s’y mettent, privilégient le vélo et les transports en commun, compostent leurs bio-déchets etc, la France n’aura aucun mal à respecter les objectifs de l’accord de Paris. Cet accord, même s’il est respecté, ne fera malheureusement que limiter le changement climatique : on a écouté les écolos trop tard, et les lobbys ont vidé de substance la loi Climat que le gouvernement vient de faire voter.

Car l’action publique reste, elle aussi, essentielle. Il faut d’urgence adapter toutes les politiques publiques pour éviter la catastrophe, dans la solidarité. C’est pourquoi des militant.e.s de Villejuif-Écologie s’engagent aujourd’hui comme hier dans les élections départementales (Fabienne Schouler, en alliance avec les socialistes de Villejuif) et régionales (Mosteafa Sofi, sur la liste conduite en Val-de-Marne par Annie Lahmer et régionalement par Julien Bayou).

Sauver la Planète, nos propres vies et la biodiversité, c’est donc bien sûr porter les écologistes aux responsabilités, en votant pour eux ! Et c’est aussi des gestes simples, au quotidien. Pour apprendre tous ces gestes qui sauvent la Planète, ces gestes écolos, citoyens et amusants, la Ville organise une grande Fête de la Nature, aux 4 coins de la ville, tout le prochain week-end, du 21 au 23 mai  !

Vous avez ici tout le programme (cliquez)

On commencera  vendredi par l’inauguration de la Maison de la Transition Ecologique Wangari Maathai. Pourquoi ce nom ? Parce que Wangari, que nous avions rencontrée à Nairobi, a lancé le mouvement mondial de reforestation et a reçu pour cela le prix Nobel de la paix !

Le bâtiment en bois avait été inauguré par l’ancienne municipalité … qui avait « oublié » de prévoir le personnel pour l’animer : elle était restée fermée. Désormais, elle sera ouverte en permanence aux associations. Souhaitons qu’elle devienne une véritable ruche !

Alain Lipietz

 

 

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Évènements

17 octobre 1961

Publié le 17 octobre 2021
Évènements

Vif succès de « Des jardins et des hommes »

Publié le 10 juillet 2021
Élections

Bilan rapide du second tour des élections locales

Publié le 1 juillet 2021
Élections

Elections locales du 20 juin : premier bilan !

Publié le 21 juin 2021
Évènements

Décharge sauvage des Hautes -Bruyères : la lutte entre dans une nouvelle étape

Publié le 18 juin 2021
Conseils municipaux

Comptes de 2020 : Villejuif commence à se désendetter

Publié le 1 juin 2021